mercredi 10 mars 2010

Le pôle : suite des récits

On a bien vu dans l'article précedent quelques récits qui portent bel et bien la marque de l'experience spirituelle. Dans la même longueur, nous mettons en ligne d'autres récits autour du pôle spirituel. Attirons l'attention du lecteur d'emblée qu'il est difficilement pensable que le pôle soit un produit social uniquement ou qu'il soit par lui-même un produit social. Ce que nous réalisons en effet, c'est qu'il constitue manifestement un archétype spirituel indéniable dans la hiérarchie spirituelle muhammadienne et qu'il est au coeur de la manifestation des subtilités divines vers lesquelles tout murîd aspire. Voyons un par un les trois récits qui suivent, les liens qui les rattachent à ce modèle et les points qui puissent y converger.

Récit 12 :

Quand il a croisé pour la première fois un majdûb (un ravi en Dieu), ce dernier lui disa : tu va les rendre fous, tu vas tous les défier, Oh professeur! Depuis des années, ce dernier ne cessa de penser à cela. Il revena à ce même lieu mais cette fois, il le croisa pas. Le majdûb lisait dans une vielle boite de concerve et ne le regardait pas, dans une position accroupie, tel un enfant qui joue par terre. quelques heures plus tard, un Sheikh présent avec eux deux me demande de lui faire une invocation pieuse.

Récit 13:

Deux hommes étaient présents devant le mausolé du Sîdî Yûsûf de Belabes, l'un disait : "celui-là est plein", en pointant un jeune homme présent également. Cet homme n'a pas réagi. Puis l'autre disait : "il a bel et bien des secrets". L'homme ne réagit point. On ajouta : "est ce qu'il le sait ?", "oui certainement il ne peut pas ne pas le savoir alors alors qu'il déborde de tous celà". Cet homme regarda sa montre et indiqua aux deux hommes qu'il était temps d'aller prier al 'asr.


Récit 14:

Il m'a dit : "Regarde derrière toi!", que voulait il me dire par cela me demandais-je. Il y a des choses qui se disent avant alors que d'autres se disent aprés. Je me suis dit que c'était un songe véridique.
Enregistrer un commentaire